Large succès pour la réserve !

Dés le début de la partie, on sent les locaux bien en forme, avec Akkaoui qui récupère un bon ballon puis tente une frappe qui se loge dans le petit filet ! Peu après, Akkaoui reçoit un bon ballon, puis élimine un défenseur avant d'entrer dans la surface et marquer en force. Les visiteurs essaient de remonter au score avec sur le côté droit Marques qui place un bon centre pour Chouaid, mais sa tête frôle le poteau. 
A leur retour des vestiaires, les locaux poussent en attaque avec Taraoui qui centre parfaitement pour Legerne qui tente de placer une frappe, mais El Hafet revient bien et tacle le ballon. Peu après, Bayroh profite d'un ballon mal négocié par la défense visiteuse pour placer un bon tir qui passe juste au-dessus.

Le FCOT peut s'en vouloir !

La défaite est un peu amère pour les Tourangeaux qui ont tenu la comparaison pendant 90' avant de céder, suite à une hésitation, dans l'entre-jeu.
En début de rencontre, le jeu va rapidement d'un but à l'autre. Dès la 5e, une grande balle oblige Ramili à sortir des 16 m ; sur le contre, Khéchim ne peut redresser son tir face à Bennadri… Répondant du tac au tac, Ahamada oblige Ramili à mettre en corner à la 9e.
Si le jeu est rapide, les fautes se multiplient et un coup franc de Bouzid (12e) est sorti par Bennadri d'une claquette. A la 19e, bien servi par Said Mesbahi, Diallo est devancé par Ramili qui a bien anticipé. A la 25e, il faut tout le métier de Mohamed pour enlever le ballon à Khéchim au moment de sa frappe.

Le FCOT en 1/4 de finale - Coupe du Centre !

Hier après-midi, Villiers-au-bouin, véritable bourreau de clubs supérieurs lors de cette édition de coupe du Centre, recevait un ogre, le FCOT. Un adversaire qui avait allure de montagne pour le club local, pensionnaire de deuxième division.
Le début de match était assez logiquement à l'avantage du FCOT. Après un round d'observation d'une dizaine de minutes, les visiteurs se mettaient enfin en évidence. Diarra, Zolana et Mahomed manquaient le cadre. Des premières opportunités qui en appelaient d'autres. Ainsi, la tête de Mesbahi trouvait ensuite la barre. 

Pages