National 3 | Le FCOT peut se satisfaire du nul

Après la déconvenue essuyée face à Châteauneuf-sur-Loire la semaine passée (0-2), Najib Chaddi ne mâche pas ses mots et attend une réaction immédiate de ses joueurs : « Nous avons fait preuve de suffisance et d’un relâchement coupable, regrette ce dernier. Cela doit nous servir de leçon pour la fin de la saison, car il reste encore sept matchs et nous n’avons pas le droit de déjouer de la sorte, même si notre maintien est déjà assuré. Cette réception de Vierzon va permettre de savoir si, dans l’état d’esprit, nous sommes capables de rectifier le tir… »
Sèchement battus lors du match aller (0-4), les joueurs du FCOT (11es avec 23 pts) ont, de plus, une revanche à prendre : « Nous avons bien travaillé pour préparer au mieux ce rendez-vous face à la redoutable équipe de Vierzon (4e avec 32 pts) qui marche fort actuellement… Il faudra être présent dans les duels pour espérer l’emporter et retrouver les valeurs qui font notre force habituellement. C’est en tout cas un match intéressant pour nous jauger et prouver que, face à Châteauneuf, ce n’était qu’un accident. Il serait dommage de se relâcher si tôt alors que nous avons fait, jusqu’ici, une très bonne saison. Face à notre public, j’espère que les garçons auront à cœur de montrer une belle image… »
Voilà en tout cas une affiche séduisante pour le FCOT qui devra assurément mettre le bleu de chauffe pour parvenir à contrarier de fringants vierzonnais…

 

Après la déconvenue de la semaine passée à Châteauneuf (défaite 2-0), le FCOT se devait de réagir. Avec ce match nul obtenu contre Vierzon, l’objectif est en partie rempli. Le match débutait doucement, mais avec une grosse intensité physique dans les duels.
Désireux de bien faire, le FCOT avait cependant un peu de mal à mettre en place son jeu dans les premières minutes. Un coup franc lointain de S. Mesbahi et une frappe contrée de Fumu Tamuso étaient les seules opportunités à noter.
Mais les hommes de Najib Chaddi trouvaient la faille. Après un service en retrait d’Aublin, Traoré ouvrait le score en deux temps (1-0, 18e). Dans la foulée, A. Mesbahi manquait un face-à-face avec le portier visiteur. Puis, sur corner, Mahomet Isop n’était pas loin de tromper Rose. Des occasions qui prouvaient que le FCOT était définitivement bien rentré dans le match.
Mais, la réaction de Vierzon ne se faisait pas attendre : la frappe de Farhan filait juste au-dessus du but des locaux. Après avoir subi pendant le quart d’heure précédent, les visiteurs étaient même logiquement récompensés. Sur un long ballon anodin, Dibane Bakeba se retrouvait seul face à Benadri et égalisait (1-1, 45e). Juste avant la pause… A la reprise, Vierzon reprenait comme il avait terminé. D’une jolie frappe sèche, Julian mettait à contribution un Benadri vigilant. Puis Bouzid et Bemami étaient contrés in extremis. Dans le dur, le FCOT réagissait. Fumu Tamuso était à son tour contré au dernier moment et voyait sa tentative frôler le montant.
Petit à petit, les Vierzonnais prenaient cependant le dessus. Les opportunités adverses devenaient de plus en plus dangereuses, et il s’en fallait de peu pour qu’ils soient récompensés. Manquant d’agressivité, les hommes de Chaddi étaient souvent pris en contre par leur adversaire du jour.
En toute fin de match, le FCOT se réveillait. Fumu Tamuso, puis Diop trouvaient le poteau. Le coup aurait pu être parfait pour les locaux…
Malgré du déchet technique et beaucoup de passes manquées, l’Ouest Tourangeau obtient là un bon point face à un adversaire coriace. Il y a du mieux par rapport à la semaine passée, mais le FCOT devra encore puiser dans ses réserves pour ne pas finir l’année en roue libre. Au vu de la bonne saison réalisé par le promu, ce serait dommage.

 

à chaud

Najib Chaddi (entraîneur FCOT) : « On a fait une première période solide. Mais le but encaissé juste avant la pause nous a fait du mal psychologiquement. Après on n’a pas concédé beaucoup de situations en deuxième période mais on n’en a pas eu beaucoup non plus. Le match nul est mérité. Mais en tout cas au niveau de l’état d’esprit j’ai retrouvé mon groupe. »

 

Source : www.lanouvellerepublique.fr